Archives mensuelles : novembre 2012

« Et le bébé c’est pour quand ? » Quand la pression sociale se moque de 50 ans de féminisme.

Image

 32 ans, bientôt 33, ça y est, j’arrive à l’âge où famille, amis, collègues, médecins, gynécos et même inconnus dans le train me posent quotidiennement cette question qu’ils n’oseraient pas poser à un homme : « et toi tu penses à fonder une famille ? Faudrait pas trop tarder, tu sais ? »

Sinon quoi ? Sinon je pourrais avoir du mal à en faire, ça va merci. Le taux de fécondité dans ma famille est 10 fois supérieur à la moyenne. 6 enfants par famille, sauf mes cousins du bled, bizarrement. Et ce malgré la pilule, oui. La contraception, d’ailleurs, on en reparlera.

Bref, merci de vous inquiéter, tout fonctionne parfaitement. Ce qui suscite donc la 2nde question « ben si tout fonctionne bien, t’attends quoi pour t’y mettre ? ». Et là c’est le gouffre de l’incompréhension. Comment en est-on arrivé là ? Pourquoi en 2012 une femme doit encore se justifier quand elle ne souhaite pas faire d’enfant avant 35 ans ? Je ne rentrerai pas dans une explication historique et sociale, je vous conseille la lecture du livre « Le Conflit : la femme et la mère » d’Elisabeth Badinter, qui est très complet à ce sujet.

De mon côté, je réponds à cette inquisition par une question aux mamans, papas extatiques de plusieurs bambins avant 30 ans, « t’as commencé à torcher des culs, préparer des biberons, etc, à quel âge ? » Si la réponse est «après 18 ans », ou « je n’ai pas su ce que c’était avant d’avoir des neveux ou nièces, ou d’avoir mes propres enfants », alors la conversation est vite terminée, car ils n’ont plus d’argument à part « oui mais c’est pas pareil quand ce sont tes enfants ».

Oh que si ! Torcher un cul, c’est torcher un cul, soyons clairs. Et aujourd’hui, à 32 ans, alors que j’avance enfin professionnellement, que je concrétise mes projets, je n’ai ni l’envie, ni le temps de retrouver ça.

Parce que merci maman, j’ai eu des petits frères, dont le petit dernier, qui devait être une petite sœur jusqu’au bout mais, je cite « y en avait plus au magasin finalement, ma chérie, donc encore un frère, le 5e, mais maman s’arrête là ». Oui ben y avait intérêt.

Je me revois encore à 9 ans avec ma copine Géraldine, en bas de l’immeuble avec nos poussettes, à promener nos petits frères qui étaient nés à quelques mois d’écart. Nous, nous savions à quel point c’était « tout pourri », chronophage, et énergivore, un bébé. Les HLM avait des murs fins dans les années 80s/90s, quand le bébé se réveillait, ça nous réveillait aussi. Le dernier jet de pipi quand on lui change sa couche, j’ai connu. Oui le bébé mâle est vicieux et sait viser…

On se retrouvait chaque soir pour leur faire faire un petit tour de pâté d’immeubles pour les endormir, été comme hiver, connerie monumentale car ils se sont habitués. Quelques années plus tard, on allait les chercher à la maternelle, avec le petit cadeau qu’on nous tendait : le petit sac de fringues mouillées par le pipi, parce que nos petits frères avaient eu des accidents. Jouer avec eux jusqu’à ce que papa rentre, puis maman du travail etc. Quelques années plus tard, il a fallu les emmener au foot le mercredi après midi. Toutes ces choses que les grandes sœurs font alors que ça nous emmerdait au plus haut point… On aurait voulu faire des trucs de notre âge, comme les copines. Mais au moins, on a vu ce que c’était et on s’est promis de réaliser nos rêves, nos projets, avant de tomber enceinte. Les gosses attendront qu’on soit heureuse professionnellement, amoureusement etc. Pas de raison d’être pressée, puisque ce sera tout aussi chiant à 25 qu’à 35 ans. Autant en profiter au maximum, voyager, parce que non on ne voyage pas aussi facilement en famille que seule ou en couple, arrêtez l’hypocrisie 2 minutes…

Entendons nous bien, j’adore mes frImageères et j’aurai toujours une tendresse particulière pour le petit dernier, que j’ai vu grandir, faire ses premiers pas, ses premiers mots, nous impressionner avec sa 1ère Game Boy etc. J’adore aussi mes nièces, mes neveux, les enfants de mes meilleures amies, que je considère aussi comme mes neveux et nièces. Elles ont toutes « pondu » ces dernières années. Géraldine et moi sommes les dernières de notre cercle d’amies d’enfance à être encore nullipares. On tient bon. Notamment parce que nos amies jeunes mamans dépressives (pléonasme) nous confirment, que oui, elles auraient bien attendu encore un peu finalement.

Je sais où je vais, ce que je veux accomplir. Jamais ô grand jamais je n’aurai d’enfant avant d’avoir réalisé mes projets professionnels, et ceux de Monsieur. La durée des études étant plus longue, surtout dans nos domaines, le marché de l’emploi très compliqué, les CDI rarissimes, nous ne sommes pas encore stables professionnellement parlant. Et oui on est ambitieux et on revendique ce droit. Au moins on pourra, plus tard, peut-être, avoir les moyens de donner le meilleur à nos enfants. Les enfants de couples type « Confessions Intimes » ne me font pas rêver. Ok, on sera des parents un peu plus vieux, et alors ? On ne sera pas les premiers ni les derniers. L’énergie on la trouvera, quand on a fait de l’intérim de nuit pour manger, on peut tout faire ou presque.

J’ai eu la chance d’avoir un grand-père qui me répétait qu’il n’était pas venu en France pour que ses filles et ses petites filles deviennent des poules pondeuses comme au bled. Il voulait nous donner une chance de faire mieux, de réaliser nos rêves, faire carrière etc. « Les gosses, t’as tout le temps pour ça ».

Ma mère aurait voulu être prof, elle est tombée enceinte avant et s’est concentrée sur sa famille nombreuse tout en travaillant. C’est elle qui faisait bouillir la marmite. Mon père faisait au mieux, mais comme disait mon grand frère « le chômage fait rage ». Bref j’ai eu un papa au foyer à partir de 93. Je n’ai jamais vu ma mère faire de congés parentaux, ça n’existait pas sous cette forme à l’époque, et elle n’aurait pas supporté de rester à la maison pour changer des couches des mois durant. A l’époque, heureusement il y avait des places en crèches, pour tous les mômes de la commune. C’était le bon temps des mairies communistes de la banlieue parisienne. On y est tous allés, y compris les familles plus aisées, parce que les places ne manquaient pas tout simplement. C’est un autre sujet, mais finalement assez lié à ma problématique. Je ne veux pas d’un congé parental, ce n’est pas pour moi. J’espère donc que d’ici 2016, Najat Vallaud Belkacem et le gouvernement auront avancé sur ce sujet. Crèches publiques, semi-publiques, maternelle à 2 ans, démerdez-vous, mais bougez-vous parce que la situation devient intenable. 1 enfant sur 10 seulement en crèches publiques. 500 000 places manquantes. Des entreprises qui ne veulent pas investir, parce que soi disant leurs « salariés sont trop âgés pour avoir des enfants en bas âge », des communes qui se désengagent. François Hollande, le changement, c’est maintenant, il paraît. Alors agissons. C’est peut-être aussi tout ça qui ne me donne pas envie de me lancer dans ces joyeusetés.

Bref et à la limite, peu importe les raisons personnelles de chaque femme de vouloir attendre, on ne devrait jamais les remettre en cause. Tout comme on ne devrait pas emmerder celles qui veulent en avoir plus tôt que leur propre mère. Donc pression sociale, Argo-fuck-yourself ! (ceux qui ont vu le film de Ben Affleck comprendront)

Rendez-vous sur Hellocoton !

81 Commentaires

Classé dans femmes, Girls stuff, humour, job

Déco : j’ai participé au livre blanc sur l’éclairage avec Laurie Lumière

La magie de Twitter a encore frappé cet été lorsqu’un tweet de Quentin Caillot a annoncé : « recherche blogueurs passionnés de déco pour un livre blanc ». J’ai répondu et quelques mois plus tard, voici le fruit du travail de l’agence Conversationnel avec Laurie Lumière et 14 passionnés de décoration, dont moi 🙂

Précision, comme le dit le verso de ma carte de visite  :

Mais je suis d’accord pour avoir cette nouvelle appellation, puisque Twitter est un réseau social de « micro-blogging », tous les twittos très actifs sont un peu des « micro-blogueurs », non ? Je reviendrai sur ce vaste sujet une autre fois.

Grand merci à Quentin pour son tweet et surtout à Anca qui a mené ce projet à bien. 14 passionnés de déco, autant de personnalités et de visions du design à découvrir dans ce livre blanc consacrée à l’éclairage, les luminaires, édité par Laurie Lumière, à lire ici 

Voici la fine équipe d' »influenceurs » en déco, on est tous beau, c’est normal, c’est du noir et blanc 😉

Et voici ma modeste participation, mes préférences, conseils, quelques références déco, et aussi les luminaires que je préfère chez Laurie Lumière. Je vous invite d’ailleurs à découvrir leurs collections, très variées, et pour tous les prix.

Une très belle expérience qui m’a permise de mettre à profit mes connaissances acquises il y a quelques années. Et oui dans une autre vie, j’ai co-écrit un guide de déco : « Captain déco : le guide de la décoration », éd. 2009. Un joli bébé de 700 pages, un travail intense en peu de temps, avec une petite équipe. Du salon, au dressing, en passant par la salle de bain et même les wc, j’ai écrit sur absolument tout ce qu’on trouve en déco ou presque 🙂

Voici la couverture et une page :

  

Depuis j’ai toujours l’oeil sur les nouveautés déco, les hôtels rénovés par les créateurs comme  Starck ou Ora-Ito, les pièces de déco à chiner pour le jour où…

Ainsi j’ai vite crée mon board Pinterest pour accumuler toutes mes trouvailles, voir ici

C’est donc tout naturellement et avec enthousiasme que je me suis replongée pleinement dans la déco et en particulier l’éclairage, les luminaires, éléments indispensables à votre intérieur. Comme je le précise dans le livre blanc constitué ensemble :

Le luminaire arrive en fin de décoration, intégré à un univers complet ; cela doit être la cerise  sur le gâteau, l’élément qui va parfaire
l’ensemble et sublimer une pièce. à associer  avec la bonne ampoule pour une lumière douce  ou tranchée, selon nos envies.

Comme les cuisiniers de Masterchef et Top Chef subliment tous les plats les plus classiques grâce à leur talent et leurs idées originales, le luminaire sublime chaque jour et chaque nuit votre intérieur. C’est pas beau, ça ? 🙂

Alors merci à l’équipe de Conversationnel et Laurie Lumière pour cette belle expérience

et à bientôt peut-être pour d’autres aventures !

Rendez-vous sur Hellocoton !

2 Commentaires

Classé dans art, déco, femmes, Girls stuff

2 broke girls, la « feel good » série en temps de crise

image

Étant dans une période de vaches maigres (je découvre les impôts sur le revenu), la série qui me remonte le  plus le moral en ce moment est 2 broke girls. Créée par le génial Michael Patrick King, auquel on doit notamment Sex & the city, la série prouve qu’on peut rire de sa condition de pauvres (broke = fauchées). Les actrices prennent plaisir à débiter les tirades les plus hard possibles. Oui même les vieilles dames aigries en prennent pour leur grade, exemple :

    • Max: Okay Whoa! Hold up ladies, you don’t get a bitch pass just cause you’re old.(ladies looked shocked) Yes That’s right I said it. You come in here with your gangster grannie attitude thinking you can get away with dumping all over the lonely gypsy waitress. No way. At this diner we don’t discriminate due to age. If you’re going to act like an ass, I’m going to treat you like an ass. No matter how close that ass is riding to the floor. Now I’ll wipe off the table and we’ll take it from the top. Hi I’m Max. Who wants tapioca? (all four ladies raise their hands) That’s more like it, save the disappointment for the grandkids.Un petit exemple qui donne le ton de la série : irrévérencieuse, férocement drôle, et attachante. Les 2 héroïnes viennent de milieu différent. Max, interprétée par l’excellente et très bustée Kat Dennings, a toujours été pauvre, n’a pas connu son père et est fâchée avec sa mère. Elle a une carapace énorme que Caroline finira par briser à force de gentillesse et d’humour. Caroline, fille richissime, perd tout du jour au lendemain quand son père est envoyé en prison pour avoir escroqué des milliers de gens, oui vous avez reconnu Bernard Madoff. Caroline (Beth Behrs) est embauchée dans le diner où travaille Max, elles deviennent colocataires et ont un projet : ouvrir leur boutique de cupcakes. Max est la reine des cupcakes, j’adooooore les cupcakes. J’aimerais que ceux de Max puissent traverser l’écran. J’y travaille.Il y aurait tellement de choses à dire encore sur cette merveilleuse série, mais je vous laisse la découvrir sur OCS happy, disponible à la demande, 2 épisodes par semaine. Et comme les héroïnes, malgré la dèche, vous garderez le sourire.

       

Rendez-vous sur Hellocoton !

Poster un commentaire

18 novembre 2012 · 14:23

Déco : le meilleur outil, Pinterest

Déco : le meilleur outil, Pinterest

Un bon moyen de mettre de côté toutes vos envies de déco, pour le jour où vous gagnerez au Loto, les boards/tableaux sur Pinterest. Ainsi on peut visualiser en un coup d’oeil toutes les images repérées « pinées » au fil du temps. Pratique, rapide, je suis déjà fan 🙂
Voici un petit aperçu de mon board « for the home », beaucoup de violet, évidemment !

Rendez-vous sur Hellocoton !

1 commentaire

18 novembre 2012 · 01:15

Food : Ma recette de spaghettis aux crevettes #ilovemanger

Ma recette 🙂

Rendez-vous sur Hellocoton !

Poster un commentaire

Classé dans femmes, food, Girls stuff

Battle Europe 1.fr @thelouizz #Twilight enfin la fin de la saga !

Battle   enfin la fin ! avec/ vs moi/ 🙂 Cliquez ici  (à 3’29) via 

The Louizz (Louise Flament/Europe1), Perrine Quennesson (@Evymantle/EcranLarge, Extérieur Nuit) et moi (@Louisa_A pour Paulette mag)

Rendez-vous sur Hellocoton !

Poster un commentaire

Classé dans cinéma, Girls stuff

autoentreprise-mon-amour : Quand je dois payer mes cotisations trimestrielles…

source : http://autoentreprise-mon-amour.tumblr.com/

Rendez-vous sur Hellocoton !

Poster un commentaire

14 novembre 2012 · 13:52

Atelier cheveux longs Didact hair, à la Kusmi Tea party

Pendant l’atelier #Didact hair. Exclu : ma crinière démêlée 🙂 merci @kusmitea ! #kusmiteaparty

Rendez-vous sur Hellocoton !

Poster un commentaire

13 novembre 2012 · 22:29

Japan-Inspired Green Tea Cupcakes

source : gilly.flower / Gill Smith on Flickr.

Rendez-vous sur Hellocoton !

Poster un commentaire

12 novembre 2012 · 16:31

Petite razzia au Marks & Spencer de So Ouest.

Scones, pancakes, muffins & peanut butter Marks & Spencer 🙂 #soouest poke@zmirov #food http://instagr.am/p/R7o3q2ljQp/

Rendez-vous sur Hellocoton !

Poster un commentaire

12 novembre 2012 · 13:54

Beauty trend : deep purple. Ma couleur préférée, le violet !

Rendez-vous sur Hellocoton !

Poster un commentaire

12 novembre 2012 · 07:53

Nemo revient le 16 janvier en 3D !

L’un des films Pixar que j’aime le plus, vu des dizaines de fois déjà 🙂 en VO et en VF, mais la VO est exceptionnelle grâce à Albert Brooks (Marlin) et Ellen DeGeneres (Dory).

Il revient au cinéma le 16 janvier en 3D ! S’il y a un film qui peut bénéficier de la 3D, c’est bien Nemo, les paysages marins sont d’une telle beauté qu’ils méritent bien d’être revus sous l’angle de la 3D, avec toute la profondeur de champ qu’elle apporte. Hâte d’y être !

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

Poster un commentaire

12 novembre 2012 · 07:50

Batman <3

Rendez-vous sur Hellocoton !

Poster un commentaire

11 novembre 2012 · 14:05

Lomography

Rendez-vous sur Hellocoton !

Poster un commentaire

11 novembre 2012 · 14:04

Leçon 5 : mordillez-le, on aime toutes ça, non ? :)

Rendez-vous sur Hellocoton !

Poster un commentaire

11 novembre 2012 · 13:57